Le Séminaire de Rimouski

Notes historiques


La chronologie et la géographie sont les deux yeux de l'histoire ». Cet adage est familier; et nous admettons bien volontiers que ces deux disciplines, à elles seules, ne font pas toute l'histoire. L'histoire est un récit qui explique, qui analyse.

Les auteurs ont ici des ambitions modestes. Ils ont choisi l'approche chronologique, un « fil conducteur », en quelque sorte, pour des raisons de temps et de disponibilité. En outre, ils estiment que la toile, qui leur a été offerte, constitue un medium et un outil d'une grande souplesse, qui permet de fournir au lecteur des balises suffisamment nombreuses et éclairantes pour le diriger dans sa quête d'information, et même l'inciter à conduire plus loin son investigation, s'il le souhaite.

Cette chronologie s'accompagne de documents qui sont des pièces justificatives, ou bien des textes qui contribuent à étoffer et à donner vie à des énoncés parfois un peu secs ou dépouillés. Les documents présentés ici forment, pour ainsi dire, une première génération, laquelle est appelée à se modifier, à évoluer, à s'enrichir graduellement, selon les lacunes perçues et, surtout, selon les suggestions éventuelles qui seront accueillies avec gratitude.

Et nous suivons maintenant le « fil conducteur... »

Noël Bélanger, ptre

Ouverture du site : 2008-05-26


CHRONIQUES DU SÉMINAIRE

(Extraits des Annuaires)


  En ce 21 mars...

     Derniers événements rapportés :


Le 20 mars...

1918

« M. le Supérieur représente le Séminaire aux funérailles de M. l'abbé Ph. Moreault, curé de Notre-Dame-du-Lac. Le vénéré curé était un des fervents amis du Séminaire; et ils sont nombreux les anciens élèves dont il défraya les frais d'éducation en nos murs ou qu'il dirigea vers le Séminaire diocésain. Il a fait oeuvre d'apôtre: Dieu lui a sans doute décerné la récompense de l'apôtre. »

1933

« Monseigneur fait une conférence aux élèves. »


Le 19 mars...

1921

« Le triduum prêché par M. l'abbé S. Langis, en l'honneur de saint Joseph, se termine aujourd'hui par la fête solennelle du patron de l'Eglise universelle. Comme saint Joseph est en même temps le patron de notre évêque, il y a double raison d'être dans la jubilation. »

1930

« Un groupe d'anciens de la Maison représentent sur notre scène "Une Nuit orageuse" et ''Une Noce à l'américaine". Un franc succès. L'orchestre composé entièrement d'anciens sait nous intéresser. Les professeurs se joignent aux élèves pour remercier les Anciens de leur charmante initiative. »

1931

« Les élèves du cours classique assistent à la réunion annuelle de la Conférence de St-Vincent de Paul de Rimouski. Après un morceau d'orchestre, M. G. Trudeau, Président, précise le but de la réunion. M. le Protonotaire G. BeIzile fait le rapport des activités de l'année et M. Adéodat Lavoie lit un essai sur la Société humaine. Mgr le Grand-Vicaire se fait le porte-voix des voeux du clergé pour le succès de cette oeuvre éminemment catholique. »


Le 18 mars...

1922

« Monseigneur Léonard arrive aujourd'hui de son voyage ad lumina. Tout Rimouski est à la gare pour recevoir son premier Pasteur, et ensuite à la cathédrale, pour chanter avec lui le cantique de la reconnaissance. »

1931

« Séance dramatique et musiçale. "C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens". Cependant, le Testament de M. Harponneau fut un vrai succès : tous les comédiens qui étaient là en ont dit tout le bien du monde. Nos deux petits maîtres d'Orchestre et de Chant furent à la hauteur de leur tâche. »


Le 17 mars...

1915

« II n'y a pas de congé de Saint-Patrice, cette année. Raison: il n'y a pas un seul Irlandais. Erin go bragh, pareil !

On fait l’essai du nouveau système de chauffage installé par le procureur sous la direction de la Canadian Domestic Engineering Co., Limitée (naturellement, car il serait dommage que ces Compagnies fussent sans "limites"). Donc... inauguration du nouveau système de chauffage. Les turbines sont lancées à 3000 tours à la minute, par une pression de cent cinquante atmosphères multipliées par quelques cents chevaux-vapeurs. Les manomètres se raidissent, les pistons se tendent et se détendent en mouvements rythmés, l'eau bout dans les réservoirs... Et pourtant... pourtant les thermomètres révélateurs, qui doivent indiquer que l'eau chaude circule, restent froids, c'est le cas de le dire, devant l'émotion légitime du directeur des travaux. Pas un petit dégré de hausse ou d'abaissement, comme disait... Lafontaine... Marchez, pompes; roulez furieusement, turbines; faites sauter les soupapes, bouilloires !... Une heure; deux, trois, quatre heures, et la température ne change pas. "C'est que les pompes ont été montées à l'envers," explique un connaisseur. On ouvre avec peine les machines encore frémissantes. Personne ne connait l'envers ou l’endroit: ce doit être à l'envers. "Demain viendront les ingénieurs, qui remonteront le machin", décide-t-on. Cependant un ouvrier s'avise d’ouvrir la valve qui laisse passer l'eau vers le Séminaire. Miracle! Ça chauffe. On n'avait oublié que de laisser passer l'eau chaude. Ça chauffe depuis lors. »

1933

« Dans la Salle des Fêtes, très belle soirée organisée par les associations d'Action catholique de la paroisse de Rimouski au profit de l'Ouvroir. »


Le 16 mars...

1930

« Ordination sacerdotale de M. D. Paradis au Monastère des Ursulines. Demain sa première messe dans notre chapelle. »